comment se laver

Autisme et méthode d’apprentissage propreté : comment se laver en autonomie ?

Dans un précédent article nous abordions les difficultés rencontrées par les parents au cours de l’apprentissage de leur enfant pour tout ce qui concerne l’hygiène corporelle, et notamment le passage aux toilettes.
En effet, l’apprentissage de la propreté peut être un véritable défi. Se laver les mains, se brosser les dents, se doucher, aller aux toilettes sont des actes quotidiens qui peuvent être difficiles à assimiler pour un enfant avec autisme. Aujourd’hui, parlons plus précisément du moment de la douche et voyons comment se laver en toute autonomie.

Hygiène corporelle et handicap mental : pourquoi cela représente une épreuve difficile ?

La douche peut être un véritable parcours du combattant, aussi bien pour les personnes avec autisme que pour les personnes qui les accompagnent. En effet, le passage à la douche entraîne de nombreux stimulis sensoriels qui peuvent être dérangeants : jet d’eau sur la peau, changement de température de l’eau etc…

De plus, arrivée à un certain âge, la personne a besoin de son intimité et peut vouloir se retrouver seule dans la salle de bain. Dans ce cas, cette dernière se doit d’être totalement autonome.

Pictogramme autisme et méthode d’apprentissage propreté : des protocoles pour faciliter l’autonomie

La douche peut se faire progressivement en commençant notamment avec un gant essoré. Les jours suivants, le gant sera de moins en moins essoré jusqu’à arriver à une douche complète. Cela permet d’éviter d’avoir trop de stimulis à la fois. Il en est de même pour le savon, que vous pouvez utiliser petit à petit. Mais attention, favorisez un savon avec une odeur douce et toujours la même pour ne pas perturber la personne avec autisme.
De nombreuses solutions et des adaptations propres à chacun peuvent être mises en place mais il faut savoir que le visuel est primordial pour bien assimiler l’action à réaliser.

Pictogramme vie quotidienne : les schémas d’action pour faciliter l’autonomie avec 630°EST

Pour répondre à ces différentes problématiques, 630°EST propose de miser sur le concept du pictogramme autisme pour allier hygiène corporelle et handicap mental dans les meilleures conditions.
Nous créons ainsi des scénarios sociaux conçus pour faciliter le passage à la douche des personnes avec autisme. L’utilisation quotidienne des frises enchaînant chaque pictogramme autisme va rendre la personne de plus en plus autonome. Les schémas illustrent l’action “comment se laver” (mettre en lien la page 630°EST) répartie en plusieurs étapes : laver le cou, les bras, les jambes … Il est nécessaire de visualiser chaque partie du corps pour n’en oublier aucune.

Grâce à l’utilisation du protocole “Se laver”, la personne avec autisme apprend comment bien se laver le corps et devient plus autonome durant cette activité quotidienne. De plus, un cadre de focalisation est fourni avec le protocole pour aider l’utilisateur à concentrer son attention sur l’étape en cours. La couleur du cadre crée un contraste avec la couleur du support, cela va faciliter la focalisation de l’utilisateur.

Enfin, comme chaque pictogramme de vie quotidienne de notre catalogue, ce matériel est imperméable pour une utilisation à long terme sans l’abîmer. Il est recommandé de placer le schéma dans la douche à l’endroit où l’action doit être effectuée.

Méthode d’apprentissage propreté et autisme : de la communication par l’image mais pas que…

Oui, l’image aide à comprendre et reproduire au mieux les gestes.
Mais il ne faut pas oublier le système de renforçateur pour motiver davantage la personne. Le renforçateur peut être un objet que la personne aime particulièrement ou bien le droit de regarder un dessin animé, jouer à l’ordinateur … etc. Ce système motivera la personne à faire l’action et l’exécuter correctement par la même occasion.

Faire comprendre l’habitude :

Donner l’habitude à la personne afin que ce soit une action régulière et ancrer celle-ci dans un repère temporel. Si la douche se fait tous les soirs, il est important de garder ce rythme pour ne pas perturber la personne. En intégrant cette action “se laver” à son planning quotidien, cela va apporter davantage de repères à la personne pour réaliser cette action.
Mais il est aussi important d’expliquer pourquoi il faut se laver : éviter la transpiration, retirer la pollution et toutes les saletés de la journée.

Organisation des produits :

Vous pouvez aussi organiser votre salle de bain et le rangement des produits pour apporter un repère supplémentaire. Par exemple, ranger les produits dont il a besoin pour la douche dans un bac spécialement pour lui et le placer toujours au même endroit.

Faire une check list :

Faire une checklist de tout ce qui doit être réalisé dans la salle de bain. Organiser cette checklist dans l’ordre des actions souhaitées.

Rendre ce temps agréable : Si vous rendez ce moment agréable, alors il ne sera pas perçu comme une corvée ou une épreuve pour la personne. Vous pouvez notamment mettre de la musique durant ce temps.

En résumé, notre méthode d’apprentissage de la propreté pour conjuguer hygiène corporelle et handicap mental repose sur la communication par l’image, principalement grâce au système du pictogramme autisme, mais également sur la mise en place de repères, de rituels, d’explications, de projections et de plaisirs associés !


Paramètres de la boîte à cookies